Une planche de palissandre des Indes évoque un passé lointain suspendu dans le temps. L’or, le chocolat et le gris du palissandre contrastent entre eux et tourbillonnent en des formes préhistoriques et primitives – comme les strates rocheuses multicolores des canyons à en couper le souffle ou les tempêtes colossales et inimaginables sur Jupiter. Le fil onduleux du bois, majestueux dans son élan, reste éternellement figé dans le temps au contact du linéaire d’une pièce contemporaine.

Au fil des ans, chaque arbre aspire à s’élever plus haut, à être plus fort, et laisse son empreinte indélébile à l’aide de ses anneaux d’accroissement. Peu d’arbres racontent leur histoire avec autant de clarté que le palissandre des Indes. Différentes teintes distinguent les parties de son tronc : le jaune paille de son extérieur, le bois de sève, un bois plus jeune, contraste vivement avec le brun foncé de son intérieur, le bois de cœur, plus âgé, des tons qui sont souvent rehaussés de reflets gris, orange et miel. Les contours qui séparent les tons clairs des sombres se contorsionnent de manière fantastique et au hasard, telles des rives étrangères.

Chez Artemano, notre palissandre provient de l'État du Bihar et du Bangalore. Cette variété porte plusieurs noms, dont palissandre jaune des Indes, sisu ou sheesham, aussi connu par les botanistes sous l’appellation de Dalbergia sissoo. Ce bois est issu de la famille des palissandres, une grande famille d’arbres qui poussent sous les tropiques et s’étendent à travers l’Asie, l’Amérique du Sud et l’Afrique. Le palissandre grandit lentement mais abondamment dans l’État indien du Rajasthan (où les fournisseurs d’Artemano remplacent chaque arbre coupé par un nouvel arbre planté, collaborant ainsi à un cercle vertueux de récoltes durables).

L’abondance de cette espèce dans le nord de l’Inde en a d’ailleurs fait sa notoriété dans les écrits bouddhistes, tel le sutra Simsapa, où l’on raconte que Bouddha prit une poignée de feuilles qu’il ramassa parmi les millions d’autres à travers la forêt afin d’illustrer à ses disciples le peu de connaissances qu’il leur eut jusqu’à alors transmis, comparativement au savoir qu’il restait à assimiler. Les érudits avancent aussi l’hypothèse que l’arbre appelé « simsapa » qui existe en abondance était l’ancien nom pour désigner « sheesham » en pali.


Bien que le palissandre des Indes ne soit pas un arbre rare, on en tombe facilement amoureux et on ne peut jamais le prendre pour acquis. La passion que l’on entretient pour le bois est comparable à notre amour du vin. Le bois comme le vin sont tous deux issus de la terre, façonnés et transformés afin d’en tirer de merveilleux produits reconnus pour leur beauté et le plaisir du goût. Tout comme le raisin italien de la vigne Sangiovese qui donne naissance au très prisé Brunello ou encore au plus humble mais constant Chianti, le palissandre des Indes est un matériau extraordinairement fiable, empreint de fierté et de complexité, et capable des réalisations les plus recherchées comme les plus simples. Même lorsqu’utilisé comme matériau de construction, on s’assure toujours de le mettre en évidence pour bien pouvoir l’apprécier. On l’utilisera comme revêtement de plancher, encadrement de fenêtres ou poutres de soutien. Cela a bien du sens : qui oserait enduire du palissandre de plâtre?

Afin de le préparer au climat canadien tempéré, Artemano doit d’abord faire sécher le bois en Inde pour de longues périodes de temps. Il s’agit d’une pratique qui a été perfectionnée au fil des ans grâce à une expérience durement acquise en travaillant le bois et se pliant à ses particularités. Avec le temps, le bois prendra de l’expansion, s’ouvrira et craquera un peu. Mais cela ne fera qu’accentuer sa beauté alors que les petites imperfections feront surface; tout comme les ridules sur les mains d’un vieil artisan, les rainures à la surface d’une pièce de bois le couvrent de dignité et témoignent de ses années de service.


Les vinificateurs qui travaillent avec une variété spécifique de raisin peuvent bien rehausser, amplifier et manipuler ses caractéristiques, mais ce dernier s’exprimera toujours dans les limites de sa personnalité. Il en est de même pour les artisans qui transforment le bois en mobilier. Apprécié pour sa grande densité et dureté, le palissandre des Indes est aussi connu pour sa générosité. Bien qu’il ait tendance à n’en faire qu’à sa tête, il coopère, ou mieux dit, il collabore.



Cette vérité devient apparente lorsque l’artisan lui appose une teinture. Le bois de cœur et le bois de sève ne se différencient pas seulement par leur couleur, mais aussi par leur densité. Leur échine est tachetée de petits îlots tantôt clairs tantôt sombres qui absorbent la couleur à différents degrés et selon leur goût, chaque région entretenant avec elle une relation particulière, à son gré. La teinte vert olive qu’affectionne tant Artemano en est un exemple et le fruit d’un heureux hasard. Essayez de teindre du palissandre des Indes avec du gris foncé et vous obtiendrez une teinte verte des plus chaleureuses et relaxantes. C’est comme si le bois avait appris à ne jamais masquer ses vagues organiques et petites îles flottantes qui constituent son essence même, et comme s’il allait jusqu’à insister pour laisser leur beauté naturelle transparaître dans toute leur splendeur. Comment ne pas aimer un bois qui nous surprend sans cesse et qui nous en donne plus que nous ne pouvions imaginer?

Chez Artemano, notre palissandre provient de l'État du Bihar.