À propos

Trouvailles

Trouvailles

Artemano - 4 octobre 2016

Dans un monde de production massive où les imitateurs abondent, il se fait plutôt rare de retrouver sur le marché des produits qui se distinguent de par leur authenticité et leur originalité. Concevoir des produits uniques fabriqués à la main et porteurs d’histoires est en effet une tâche plutôt ardue. Pour ce faire, du dévouement, de l’engagement, de la passion et un amour profond pour ce que l’on fait sont indispensables.

Pour Eyal Shoam, copropriétaire d’Artemano, s’entourer d’objets et d’items divers imbus de l’essence même des pays d’où ils proviennent est de mise dans la création de ses ambiances d’intérieur. Activement impliqué dans l’approvisionnement, la création et le design de la marque, Eyal conclut que la clé du succès réside dans le fait « de se renseigner, d’étudier et de réellement comprendre le pays d’où provient le bois afin de respecter et d’honorer la culture, l’histoire et la manière de faire de ses artisans ».

9.png

Les pièces signées Artemano sont des pièces qui rendent hommage au caractère, au tempérament et à l’essence même des matériaux utilisés. Il s’agit de prendre le temps pour comprendre et apprécier leurs caractéristiques uniques et trouver des moyens pour mettre en valeur leurs meilleurs atouts.

« À coup d’essais et d’erreurs, nous avons très vite appris que certains types de bois ne se laisseront jamais dompter ni métamorphoser en quelque chose qu’ils ne sont pas. Les pièces de bois que nous achetons revêtent toute leur splendeur à leur état naturel », explique Eyal.

La collection en suar d’Artemano illustre bien cette réalité. Après avoir rapidement compris que le bois de suar se prête mieux à la fabrication de pièces qui laissent libre cours à ses lignes naturelles, son contour libre, ses fissures et ses nœuds, Eyal a délaissé l’idée de l’utiliser dans la fabrication de meubles standard. C’est ainsi que le suar, produit dérivé initialement exploité pour la production de shellac, a plutôt donné vie à une collection de meubles au design organique dit freeform, un concept vantant la beauté naturelle du bois et faisant la promotion des matériaux recyclés.

Lorsqu’en mission d’approvisionnement dans l’île de Java, en Indonésie, Eyal se fait toujours un devoir de rencontrer les artisans locaux qui travaillent dans la même entreprise depuis des générations. C’est sa manière de s’assurer que « les produits Artemano sont imbus de l’esprit des habitants et de la région. » Sa collection en rotin provient ainsi de la ville de Cirebon, une région où ses habitants sont spécialisés dans la récolte, le séchage et la coupe du rotin.

3.png

Dans la même veine, la très réputée collection d’Artemano fabriquée en bois récupéré des anciens bateaux est le fruit d’un savoir-faire authentique des habitants d’un village de pêcheurs du nom de Jayapura. « On retrouve des imitations de ce type de meuble partout sur le marché, mais contrairement aux autres fabricants, nous continuons de composer avec notre idée originale et de collaborer avec les même fournisseurs; c’est ce qui nous permet de continuer d’honorer leur histoire. Nous donnons un deuxième souffle, une deuxième chance à ces bateaux non fonctionnels. Cela fait partie de l’histoire d’Artemano, et c’est ce qui nous différencie. »

Aux abords de la ville de Jogja, on se spécialise en racines de teck et en céramique. Eyal visite la région régulièrement afin de découvrir les dernières créations des artisans, de trouver des nouveaux matériaux et de nouvelles manières d’agencer les vieux matériaux aux designs occidentaux.

Il n’y a rien de plus excitant, de différent et de novateur que de s’inspirer de matériaux comme le vieux bois de construction pour la création de collections faites à partir de matériaux recyclés. On joue avec des concepts et des façons de faire originales. On exploite un élément de manière non conventionnelle, l’exploitant à son plein potentiel et honorant son histoire. « Le vieux bois de construction que l’on récupère des maisons inhabitées est reconnu pour être dense, robuste, et a une couleur particulière. Il s’agit d’une qualité de bois unique et incontestée que l’on ne retrouve presque plus sur le marché, et nous nous considérons chanceux de pouvoir lui donner une deuxième vie. »

4.png

De nouvelles créations voient parfois le jour de la manière la plus inattendue. C’est ce qui s’est passé avec la collection d’Artemano en sonokeling, ou palissandre indonésien. Intrigué par l’essence du bois des caisses utilisées pour emballer, transporter et livrer les produits d’Artemano, Eyal finit par apprendre qu’il s’agissait d’une sorte particulière de palissandre, une essence ponctuée de mauve et de brun foncé. Il sauta sur l’occasion pour l’exploiter dans une nouvelle collection. Cela n’a pas été une entreprise facile, explique Eyal : « Chaque type de bois a sa propre façon de se comporter, et ce type de palissandre est différent du sheesham indien en raison de ses planches plus étroites et ondulées. Le processus de séchage est différent. Le processus de coupe est différent. Tout est différent. Mais nous avons travaillé d’arrache-pied avec notre fournisseur, avons surmonté les défis et avons découvert un véritable trésor. Aujourd’hui, nous avons une nouvelle collection en palissandre des plus originales. »

Œuvrant dans l’industrie depuis plus d’une génération, Eyal a découvert sa passion dans l’approvisionnement. Au fil des ans, il a développé un talent pour allier le caractère brut des matériaux au design nord-américain. Pour ce faire, il ne lésine pas, loin de là. Il s’investit cœur et âme dans l’innovation et la création de nouvelles tendances dans un monde regorgeant de possibilités et de nouvelles découvertes.

7.png

6.png

Commentaires

Les champs identifiés par un astérisque (Obligatoire) sont obligatoires.


Retour à la liste des articles